Copy
Afficher dans le navigateur
Épigraphe n° 58 // Novembre 2017 
Les chroniques de l'Atelier Graphite
1 français sur 2 ne perçoit pas les aides auxquelles il a droit. Nous savons cela depuis longtemps. Les études pour évaluer le non recours aux droits sont unanimes.
Mais savons nous pourquoi?
C'est un peu technique mais cela mérite d'être connu. En droit, on dit qu'une créance est portable ou quérable.
Elle est portable, cela veut dire qu'on doit la porter. Un exemple : les loyers : on doit les porter au propriétaire. D'autres sont quérables : on doit les demander, comme les aides sociales.
Jusque dans les années 80, les aides étaient portables car le système était simple et les aides moins nombreuses. Depuis, les aides se sont multipliées, apportées par de nombreux organismes (collectivités, caisses de retraite, prévoyance individuelle ou collective, assurances, établissements publics...). Cela part d'un bon sentiment qu'il est impossible de remettre en cause. Mais l'obtention des aides est bien plus difficile   Lire l'article du Parisien

La solution serait de rendre les aides sociales portables. Mais pour cela, il faudrait que de nombreux documents soient consultables par celui qui délivre l'aide. Or, la CNIL interdit ces pratiques. Il faudrait pouvoir consentir au croisement des fichiers, ce qui arrangerait grand nombre de personnes démunies. Nos usagers, interrogés sur la questions, y sont très majoritairement favorables et concluent "mais oui, ce serait bien plus facile, et je n'ai rien à cacher"
Que vaut-il mieux privilégier: nos théories de liberté individuelle ou la sécurité des plus démunis?
L'usine digitale parle d'utopie // les solutions sont en place // Demain, la médiation numérique

Chacun le mesure au quotidien, la révolution numérique transforme tout : nos façons de travailler, de vivre, de consommer et même d’aimer... Il ne tient qu’à nous d’y répondre en œuvrant à une société inclusive, pour faire en sorte que les formidables potentialités qui nous sont offertes par le numérique constituent une opportunité collective, un "pouvoir d’agir" partagé par tous, un facteur d’inclusion numérique… et donc sociale.

Près d’un Français sur cinq demeure "en dehors" du numérique, ne maîtrisant ni les outils ni les usages. Et la France occupe tristement la seconde moitié des classements européens en matière d’usages numériques.

Que les services relèvent de l’État ou des collectivités, le citoyen doit pouvoir vivre son "expérience numérique administrative" de manière simple et fluide, dans sa globalité. C’est tout l’objectif d’un État numérique organisé en plateforme, interconnecté aux administrations centrales et aux services publics locaux. En pratique, le projet d’un "compte citoyen unique", adossé à une identité numérique qui accompagnerait chaque individu tout au long de sa vie et lui offrirait un accès facile et direct à l’ensemble des services publics, à l’instar des expérimentations menées actuellement par La Poste auprès de plusieurs agglomérations françaises, répond à ces besoins et usages des citoyens.
La médiation numérique concerne quant à elle l’accompagnement aux usages numériques, la formation à la maîtrise des outils auprès des personnes éloignées voire exclues du numérique, comme le Daniel Blake de Ken Loach, perdues dans un monde automatisé, dématérialisé, où les bots, l’algorithmie et l’intelligence artificielle modifient profondément l’organisation du travail et les relations humaines. Des savoir-faire aux savoir-être, ces formations doivent intégrer de larges compétences pour également répondre aux attentes en matière d’employabilité et de citoyenneté   Lire l'article complet

Échange de pratiques // Aide aux démarches numériques
Avant hier nous avions des classeurs dans lesquels puiser nos formulaires. Avec un double dans nos ordinateurs de permanences, au format .pdf en cas de rupture de stock, comme par exemple les demandes de remise au Trésor Public à la période du paiement de la taxe d'habitation.
Ensuite, les formulaires ont été disponibles en ligne mais sans avoir de wifi pendant les permanences, nous avons du investir dans la connexion 3 puis 4G.


Hier les démarches facultatives ont été rendues obligatoires à la suite de plusieurs réformes de modernisation des services publics.
C'est à ce moment que les choses se sont compliquées et que nous avons assisté -impuissants- à un recul de l'accès aux droits sans précédent. Les usagers les plus fragiles se sont senties encore plus incapables d'accomplir leurs démarches.

Nous vous avions parlé de Denise, 94 ans, qui devait ouvrir 6 comptes personnels en ligne pour espérer percevoir son complément de retraite de solidarité. Et les heures que nous avions passées avec elle.
Aujourd'hui après avoir essayé de multiples solutions, dont un cyberespace en accès libre qui ne fonctionne que très peu, nous vous donnons ce qui marche le mieux. Pour les personnes sans capacité numérique mais qui ont un téléphone portable récent
Installer les applications usuelles après avoir créé les espaces personnels depuis un PC (pourquoi ? Toutes les applications mobiles ne le permettent pas encore car elles ont des fonctions réduites des sites) et enregistré les identifiants et mots de passe de façon sécurisée. Temps moyen par personne : 1h30
  • Sécurité Sociale : Ameli
  • Mutuelle si l'application existe
  • Pôle Emploi (gestion dossier, actualisations)
  • Caisse d'allocations familiales
  • Trésor Public : impots.gouv
  • Banque privée ou postale
  • Retraite CARSAT
  • Google traduction et paramétrage de la langue d'origine
Demain avec 100 euros d'investissement et 10 euros de forfait, nous serons tous connectés de gré ou de force. Les applis n'existeront plus, les sites seront adaptatifs à la taille de tous les écrans. Avec l’intelligence artificielle, nous aurons un coffre fort des documents in ze cloud et des alertes d'actualisation. Mais bon, il faut passer la transition...

PPNG ou le Plan Préfecture Nouvelle Génération - Kézako ?

La préfecture de la Gironde passe au tout numérique pour les cartes grises, permis de conduire et cartes d'identité.
Un espace numérique sera installé dans chaque point d'accueil avec un ordinateur connecté à un Internet et un médiateur pour répondre à vos questions et vous apprendre à utiliser les nouveaux outils.
Un lundi matin d'Octobre, le démarrage a été compliqué pour les usagers à Bordeaux. Certains ont attendu plus d'une heure dans la file d'attente car leurs démarches en ligne n'ont pas fonctionné lorsqu'ils ont tenté de les effectuer depuis chez eux avec leur ordinateur.
La préfecture de la Gironde annonce toutefois un taux de réussite des démarches en ligne de 70 à 90% et promet que les bugs vont se résoudre rapidement.
Les guichets vont fermer en préfecture. Il n'y en aura plus à partir de début novembre.
Lire l'article de France Bleue
Chronique de permanence
julie de retour de sa permanence d'Eysines -1°C affiché!
Le froid qui arrive ne nous arrête pas!

Nous avons eu deux interventions à domicile, des personnes âgées orientées par la plateforme autonomie seniors. Nous en racontons une :

Madame B. a 92 ans, elle vit au 7ème étage et l'ascenseur ne marche plus depuis un moment. Elle doit déménager dans un autre département pour se rapprocher de sa fille qui a plus de 70 ans. Je dois intervenir pour lui faire signer son nouveau contrat de bail.

La matinée a filé à vitesse grand V, d'autant que nous avons été interrompues par la visite du médecin. Bilan de ces 3 heures : le nouveau bail est signé, le contrat d'assurance habitation modifié, l'attestation indispensable à l'entrée dans les lieux du nouvel appartement reçue, la procuration à sa fille envoyée et le plus important, le congé de son appartement actuel. Et oui, Madame B avait envoyé le congé mais a reçu son propre recommandé par une inversion malheureuse de la partie "destinataire" et "expéditeur" de l'AR. Le préavis de départ étant d'1 mois, il ne fallait pas que Madame B. paye 2 loyers en décembre.
Je suis repartie satisfaite de l'avancée, mais consciente de ce qui lui reste à faire avant de voir la mer.
Nous participerons à une table ronde sur la dématérialisation des liens dans le cadre des AOC de l'égalité, le mercredi 29 novembre à 18h30, à la résidence Mechti à Bordeaux.
Plus d'infos ici
Et si pour changer nous écoutions la radio ?
Voir nos anciennes Newletters
Vous recevez ce message à cette adresse : <<Email Address>>
Vous pouvez vous désabonner ici.
Faites nous partager vos expériences et retours en répondant simplement à ce mail
contact@atelier-graphite.fr

Email Marketing Powered by Mailchimp