Copy
Si vous ne visualisez pas correctement cette lettre d'information, consultez la version en ligne.
L'Ernestine, la lettre d'Ernest !
- 3 juillet 2022 -
L'ÉDITO D'ERNEST 
Place à la culture
 
Il était 21h20. Il faisait bon ce vendredi de novembre. Un match avait lieu au Stade de France, des hommes et des femmes écoutaient du rock dans une salle mythique, d’autres dînaient, riaient, s'aimaient ou se disputaient aux terrasses de Paris. Il était 21h20 ce 13 novembre 2015 et l’effroi, l’horreur, et la mort vinrent nous visiter. Visant une génération toute entière, un mode de vie, une façon d’être au monde. Visant un pays dans son cœur. Venant poursuivre l’horreur de cette année 2015 qui avait débuté d’une si sinistre manière avec les attentats contre Charlie Hebdo, les policiers Ahmed Merabet et Clarissa-Jean Philippe, et l’hyper cacher.
Il y eut ensuite, pendant de longues années - sept pour être précis - les documentaires, les prises de parole des rescapés, et des proches de victimes pour dire leur horreur, notre horreur.
Il y eut aussi, évidemment, l’enquête, la traque des possibles terroristes survivants et leurs arrestations. Il y eut aussi d’autres attentats.

Il y eut depuis six mois "le procès historique", le "procès hors norme". Le procès aux 145 journées d’audience, aux 300 avocats, aux 20 accusés, aux 1800 parties civiles, au dossier d’instruction au million de pages, et à la salle d’audience aux 550 places. Il y eut, durant ce procès, les mots à jamais gravés. Ceux des survivants, des parties civiles, mais aussi ceux de morgue des accusés.

Les chroniques parues dans la presse ont su retranscrire avec justesse la puissance et la force de ce procès qui, démontre, si besoin en était la supériorité de la démocratie sur toutes les autres formes de régimes politiques. Il y eut, enfin, cette semaine le verdict. Des peines de sureté incompressibles. Des accusés reconnus coupables. Tous. Et ensuite, des peines prononcées que les uns et les autres qualifient "d’humanistes."

Ce procès se termine quasiment 35 ans, jour pour jour, après celui de Klaus Barbie à Lyon en 1987 (Lire notre récit exclusif de ce procès par Stéphane Nivet qui nous fait revivre les audiences ici. Ce sera notre série d’été, en sept épisodes). Autre temps, autre guerre. Mais un même besoin de faire en sorte que la justice puisse dire une vérité.



Maintenant vient donc le temps de l’histoire. Mais aussi, celui de la culture. La culture qui par ses images, ses mots, ses couleurs, ses danses, ses pièces de théâtre, s’empare d’un commun pour en tirer de l’art. Des œuvres d'art naîtront de la façon dont les artistes s'autoriseront à malaxer cet événement. Demain, ainsi, peut-être verrons-nous au cinéma l’équivalent pour le 13 novembre de "La vie est belle" de Roberto Benigni, peut-être lirons-nous un "extrêmement fort, incroyablement près" qui aura pour toile de fond le 13 novembre comme le roman de Safran Foer avait le 11 septembre, peut-être qu’un peintre fera un Guernica. Peut-être un écrivain osera-t-il à l'instar d'un Jonathan Littell dans "les Bienveillantes" écrire un roman qui se mettra dans la tête des terroristes et dira "je". Comme dis je Maximilien Aue, le personnage principal de Littell tortionnaire fictif inspiré de tous les tortionnaires nazis. Qui sait ? Peu importe finalement.
Ce qui compte c'est que la forme artistique puisse tout tenter. Qu'on puisse ensuite la combattre ou l'aduler. Pour transmettre. Ce qui compte c’est que l’art s’autorise le fait de s’emparer du drame pour en faire une œuvre. Faire une œuvre du drame pour que la mémoire passe. Pour que l'Art puisse être l'expression ultime d'une forme de métaphysique humaine aurait pu dire Nietzsche. Pour que l’émotion artistique fasse que rien ne s’efface mais qu’au contraire tout imprime. Pour que l’art impose un langage commun de l’événement.


Bon dimanche,


PS : La semaine passée un cas de force majeure a empêché l'envoi de cette lettre dominicale. David Medioni et l'équipe d'Ernest vous prient de les en excuser. Pour nous faire pardonner, le menu de cette semaine est fourni et riche. Cinq papiers : le retour de Pierre-Louis Basse, le premier épisode d'une série d'été, un entretien avec Ellroy, une enquête superbe et un beau livre du vendredi.  Comme toutes les semaines nous direz-vous :-)

Pour se procurer le livre, c'est là
ELLROY : "MON TRAVAIL CONSISTE À FLOUTER LES LIGNES"
James Ellroy, le grand maître du roman noir, se confie à Ernest sur son dernier livre "Panique générale" où comme souvent il est question de l'Amérique, de Dieu et des femmes. Ellroy est dans les colonnes d'Ernest et seulement chez Ernest.

C'est par là
DES AUTEURS ET DES LETTRES
Lettres d’amour, messages d’admiration, cadeaux offerts dans les salons, rencontres insolites… Les lecteurs sont plus que jamais en relation avec leurs auteurs préférés. Pour le meilleur et pour le pire.
 
C'est par là
LE POÈME

Plus neuf que toute parole
Plus libre que tout langage
Plus nu que silence
L'Amour sans cesse renaît

Plagié il se démarque

Contrefait il se redresse
Doublé il nous rattrape
Magique il se recrée

De tous les temps
Par delà toutes frontières
L'Amour est nôtre
A jamais.



Andrée Chedid, "L'Amour II", recueil "Rythmes"

Tous les poèmes de l'Ernestine sont là.
"LE DIABLE EN FRANCE"
"24 colonnes à la Une", un récit en sept épisodes durant tout l'été autour du Procès de Klaus Barbie qui s'est tenu à Lyon il y a 35 ans. Dans la peau d'un chroniqueur judiciaire, Stéphane Nivet nous raconte ce procès historique en tant que moment fondateur de la compréhension de la notion de crime contre l'Humanité et révélateur d'enjeux mémoriels considérables aujourd'hui.

Episode 1 : "Le diable en France"
ERNEST EN EXTASE À LA CAMPAGNE
A partir du 2 juillet, l'immense Ernest Pignon-Ernest exposera ses "Extases" à Bernay en Normandie. L'occasion pour Pierre-Louis Basse qui vit à Bernay de nous dire sa passion pour le maître Ernest et de nous parler, aussi, de l'époque.

C'est par ici.
RIEN NE VAUT LA VIE
"La vie, au fond", le nouveau roman d'Hugues Serraf est une chronique douce amère de la vie qui passe. Des regrets et des joies. Du déclassement aussi. Joli roman.

C'est par ici

POUR NE PAS VOUS ENNUYER, ABONNEZ-VOUS !


Vous êtes nombreux à avoir découvert Ernest avec la chronique "Vous nous faites chier" de Jérémie Peltier suite à l'attentat de Conflans. Du coup, on vous en dit un peu plus sur le pourquoi du comment d'Ernest et sur votre soutien qui est crucial pour nous. Merci à vous tous et toutes.
C'est là.
C'est l'été !
Le moment idéal pour s'abonner au magazine dans lequel la littérature questionne le monde !
J'en profite !
Bonnes lectures et à la semaine prochaine !
www.ernestmag.fr
Facebook
Twitter
Link
YouTube
Cet e-mail a été envoyé à <<Email Address>>
Se désabonner - Modifier mes préférences
Ernest SAS · 33 bis rue de la Beaune · Montreuil 93100 · France