Copy
Si vous ne visualisez pas correctement cette lettre d'information, consultez la version en ligne.
L'Ernestine, la lettre d'Ernest !
- 4 septembre 2022 -
L'ÉDITO D'ERNEST 
Les lectures d'Albert

Dimanche matin de rentrée. Oscillation entre la gueule de bois, la fatigue déjà présente d'une semaine où le rythme a repris réellement, et l'impression forcément fausse que l'on n'y arrivera pas. Bref, le premier dimanche de septembre. Rassurez-vous les amis, cette Ernestine vient ce matin vers vous avec une bonne nouvelle. Que dis-je une bonne nouvelle, un scoop même. Mais avant de vous le livrer, une petite histoire.
Les hasards de la vie ont fait que durant cette semaine, il a fallu attendre dans un service hospitalier de faire un examen, d'attendre des résultats, de faire un autre examen et d'attendre encore. A peine installé, un livre s'est glissé dans les mains. "Où es-tu monde admirable ?" de Sally Rooney. C'est excellent, mais ce n'est pas le sujet ici. Nous vous en reparlerons un autre jour. Le livre dans les mains donc, une salle d'attente. Et là, une voix affirmée et burinée par la vie. 
- Ah ! je suis heureux ! Un jeune (tout est relatif puisque nous parlons d'une personne de 42 ans, mais bon, il faut dire que la voix burinée avoisine les 82 ans, elle.) qui lit, cela fait plaisir. Aujourd'hui tout le monde se coltine les écrans. 

Alors que l'on hésite entre l'agacement devant la généralité et l'envie d'engager la discussion, on se surprend à répondre :

- C'est un super roman. Des jeunes trentenaires qui s'interrogent sur les perspectives de leurs vies, leurs amours, et leurs emmerdes. C'est drôle et enlevé.

La voix appartient donc à Albert, 82 ans, qui lui lit le dernier livre de James Ellroy.
- Ellroy, je l'adore. Il ose tout. Il ausculte l'Amérique et les pensées noires des hommes. J'aime quand la littérature dérange. J'aime qu'elle me bouscule. La semaine dernière je lisais un Jim Harrison, j'ai l'impression de connaître l'Amérique profonde que je ne pourrais plus visiter et de vivre grand train. C'est tout ce qu'il me reste comme sensation. 

Disant cela Albert marque une pause. Se confie sur la longue maladie qui l'oblige à venir une journée entière par semaine subir des examens peu agréables. Et il repart sur les livres qu'il aime.
- A chaque fois que je viens ici, j'emporte un livre avec moi. Je sais qu'il va me permettre de voyager, d'être ailleurs, de ne pas penser à ce que je suis en train de faire et d'oublier un peu ma condition de vieil homme décrépit et malade. Vous savez, j'ai aimé la vie et comme c'est désormais plus difficile de l'aimer comme avant, je lis encore plus.

Alors que notre échange continue, Albert est appelé pour la suite de ses examens. Je vous vois, je sais que vous vous demandez quand arrive la bonne nouvelle et le scoop promis. Patience. C'est dimanche, nous avons le temps.



Alors que le temps est long, que les personnages de Rooney nous font sourire, que l'on s'interroge parfois sur le sens de ce que l'on a décidé d'entreprendre, l'échange avec Albert revient à l'esprit. En quelques mots, cet homme avait livré des clés. Sur le pouvoir de la fiction. Sur sa capacité - hors du commun - à projeter les lecteurs et les lectrices dans une autre vie, dans d'autres mondes, dans d'autres univers.

Des clés aussi sur l'avenir de la fiction comme outil de possibilité de décentrement de l'être humain afin de modifier sa perception du monde. Des clés, peut-être, aussi sur ce que ce besoin viscéral de fiction dit de l'Homme : son irrépressible appétit pour d'autres vies. "La vie ne suffit pas c'est pour cela que la littérature a été inventée", disait en substance Fernando Pessoa. La capacité d'imaginer. Autre chose. Ailleurs. C'est cela la force des livres de fiction. C'est cela aussi notre force humaine qui rend nos amours, par exemple, plus forts et plus intenses. "L'amour tu sais ce dont il a besoin ? Il a besoin d'imagination", soulignait d'ailleurs Gary.

Et d'imaginer Albert revenir la semaine prochaine lutter contre sa maladie. Peut-être pour avoir le bonheur simple justement de pouvoir continuer à lire des histoires. A les raconter. A les aimer. A en parler. A les rêver, aussi. Se dire que ce moment, bien plus qu'une petite histoire sympathique, charrie avec lui une partie de notre humaine condition. Cette partie qui nous donne la possibilité grâce à la rencontre avec les mots d'un ou d'une autre de vivre autrement. De se réinventer. De mieux se connaître, mais aussi de mieux connaître les autres grâce au lien invisible qui se tisse entre les lecteurs et les lectrices.

Nous le tenons notre scoop : les livres soignent des gens. La littérature soigne l'humanité. Le roman est certainement l'une des choses les plus nécessaires à l'être humain. Rien que pour cela, ça valait le coup d'ouvrir l’œil en ce dimanche, non ?

Bon dimanche les amis


PS : Ernest a (toujours) besoin de vous. En cette rentrée, réabonnez-vous ou invitez-vos ami(e)s à nous rejoindre. Par là.

5 INDISPENSABLES DE LA RENTRÉE LITTÉRAIRE
Tout au long du mois de septembre, Ernest explore pour vous la rentrée littéraire. Voici les 5 premiers indispensables à vous procurer d’urgence !

C'est par là
DES BOÎTES PAS COMME LES AUTRES
Cet été, le périple aoûtien de Tanguy Leclerc l’a emmené de la Charente-Maritime vers la Provence.  Chemin faisant, l’idée lui est venue d’ouvrir les boîtes à livres qu’il croiserait sur sa route et de vous en dévoiler le contenu. Une expérience savoureuse qui parle de nous.

C'est par ici
LE POÈME


Un homme qui cultive son jardin, comme le souhaitait Voltaire.
Celui qui est reconnaissant à la musique d’exister.
Celui qui découvre avec bonheur une étymologie.
Deux employés qui dans un café du Sud jouent une modeste partie d’échecs.

Le céramiste qui médite une couleur et une forme.
Le typographe qui compose bien cette page, qui peut-être ne lui plaît pas.
Une femme et un homme qui lisent les derniers tercets d’un certain chant.
Celui qui caresse un animal endormi.

Celui qui justifie ou cherche à justifier le mal qu’on lui a fait.
Celui qui est reconnaissant à Stevenson d’exister.
Celui qui préfère que les autres aient raison.
Tous ceux-là, qui s’ignorent, sauvent le monde.


JL Borgès, "Les justes", in Pleiade Gallimard

Tous les poèmes de l'Ernestine sont là.
LE HASARD EST BEAU 
Plongée fascinante entre journalisme et littérature dans une histoire magistrale. Belhazar a séduit Laure Daussy. Laissez-vous tenter par ce petit bijou incroyable.

C'est par ici
LA VRAIE FIN DE L'ABONDANCE
Quand le président Macron lance l’idée de “fin de l’abondance”, Renaud Large convoque le Orwell social dans un miroir. Quand la littérature raconte le monde et la politique.

C'est par ici
L'INVENTION DE LA VIE
Carole Zalberg est de retour en cette rentrée littéraire et elle nous parle d’un livre incandescent. Elle vous raconte tout cela tout de suite. A écouter et à lire. Un livre où l’invention de la vie est présente.

C'est par ici.

POUR NE PAS VOUS ENNUYER, ABONNEZ-VOUS !


Vous êtes nombreux à avoir découvert Ernest avec la chronique "Vous nous faites chier" de Jérémie Peltier suite à l'attentat de Conflans. Du coup, on vous en dit un peu plus sur le pourquoi du comment d'Ernest et sur votre soutien qui est crucial pour nous. Merci à vous tous et toutes.
C'est là.
C'est la fin de l'été et la rentrée !
Le moment idéal pour s'abonner au magazine dans lequel la littérature questionne le monde !
J'en profite !
Bonnes lectures et à la semaine prochaine !
www.ernestmag.fr
Facebook
Twitter
Link
YouTube
Cet e-mail a été envoyé à <<Email Address>>
Se désabonner - Modifier mes préférences
Ernest SAS · 33 bis rue de la Beaune · Montreuil 93100 · France