Copy
Si vous ne visualisez pas correctement cette lettre d'information, consultez la version en ligne.
L'Ernestine, la lettre d'Ernest !
- 19 juin 2022 -
L'ÉDITO D'ERNEST 
La France Bartleby
 
"I would prefer not to", "Je préfèrerais ne pas". C'est le leitmotiv de Bartleby, le scribe, héros du texte éponyme d'Herman Melville. Ce copiste employé de Wall Street décide de se rebeller en ne faisant plus ce que son patron lui demande. Il pratique une résistance passive qui laisse planer une stupeur. Bartleby c’est le symbole de celui qui refuse le combat, ou encore de celui qui par son retrait du monde envisage de le faire dérailler. A moins qu'il n'incarne le symbole le plus abouti d'une forme de je m'en foutisme. Certainement qu'il est un peu de tout cela à la fois. Les hasards de la vie ont conduit au fait que ce texte de Melville a accompagné une semaine où de nombreux articles de presse ont évidemment mis l'accent sur "l'abstention record" à laquelle on peut s'attendre, en ce dimanche 19 juin, lors du second tour des élections législatives.
Comme dans un jeu de miroir, le scribe de Melville a pris les traits des Français. De cette moitié de l'électorat qui ne se rend plus aux urnes. Qui comme Bartleby dit "I would prefer not to", pratiquant ainsi le retrait melvillien de toute activité politique.

Les journalistes, les sociologues, les politologues ont documenté les causes, les motivations, les bonnes et les mauvaises raisons de cette abstention, et de cette désertion du collectif démocratique. Mais comme les innombrables analystes du texte de Melville, il y a plusieurs interprétations possibles. Ce n'est pas le sujet ici. Simplement, le corps électoral qui se mue en Bartleby, c'est aussi la lente décrépitude d'une forme collective de délibération. Bartleby n'a pas de camarades, il décide seul de résister passivement et de se retirer du monde. Et comme dans un écho, un autre livre est venu jusqu'à nous. Celui de Orwell (décidément terriblement actuel) le "Quai de Wigan" qui vient de reparaître préfacé par le journaliste et sociologue Jean-Laurent Cassely. Dans ce texte, George Orwell fait un reportage au cœur du pays minier anglais, où se trouve Wigan.



Ce décor de terrils, de montagnes de boue, de cendres et de suie symbolisant la laideur de la grande industrie, va lui inspirer ce récit. L'expérience humaine qu'il a vécu est très intense et très riche. S'il ne prend pas, à proprement parler, la place d'un mineur anglais, il découvre, et nous fait découvrir son quotidien. L'occasion pour le journaliste de tirer aussi des enseignements sur la désagrégation de la société anglaise de l'époque. Il y pose notamment la question de l'éducation et de l'accès à la culture comme viatique pour créer du collectif.

Dans la préface, Cassely écrit d'ailleurs : "L’éloignement culturel entre les classes éduquées et les catégories populaires, au sujet de l’alimentation comme des manières de se comporter, de parler, de se divertir – et surtout, de voter ! – est-il surmontable ?". Comme si les questions d'Orwell résonnaient encore avec nos questions d'aujourd'hui. Avec ce retrait "bartlebyen" pratiqué par une majorité de l'électorat.

Restent les derniers mots du texte de Melville : "Ah Bartleby, Ah Humanité". Humains, trop humains. Résistants passivement contre l'absurdité du monde qui se déroule devant eux. Comme si les Français aussi avaient décidé de résister passivement. Reste que la France sans soubresauts, sans une dimension collective forte, sans une recherche de la beauté, sans une approche culturelle du monde, c'est une France qui se perd. Nous en sommes tous et toutes responsables. Il n'est jamais trop tard car une France Bartleby, c'est un peu comme Deauville sans Trintignant ...


Bon dimanche,

Pour se procurer le livre, c'est là
CERCAS : "LA LITTÉRATURE, COMME LE SEXE, EST UN PLAISIR ET UNE CONNAISSANCE"
Javier Cercas est l’un des plus grands écrivains contemporains. Mémoire, identité, zones d’ombre et de lumière sont au cœur de son œuvre. Une œuvre majeure. Son dernier roman "Indépendance" est une réussite. Rencontre avec un auteur fin et drôle qui croit au pouvoir de la littérature, comme au pouvoir du sexe.

C'est par là
ESTHÉTIQUE D'UNE CANICULE
Ce mois-ci, Renaud Large nous livre une chronique en forme d’alerte grâce au livre "Dans la forêt", de Jean Hegland. Alors que la planète crame, le sensible peut nous aider à mieux envisager les solutions. Inspirant !
 
C'est par là
LE POÈME

La nuit n’est jamais complète
Il y a toujours puisque je le dis
Puisque je l’affirme
Au bout du chagrin une fenêtre ouverte
Une fenêtre éclairée
Il y a toujours un rêve qui veille
Désir à combler faim à satisfaire
Un cœur généreux
Une main tendue une main ouverte
Des yeux attentifs
Une vie la vie à se partager.



Paul Eluard, "Et un sourire", recueil "Le Phénix"

Tous les poèmes de l'Ernestine sont là.
QUAND CABU DESSINAIT LE VEL D'HIV
Il a dessiné le pire du 20è siècle et il a été victime le 7 janvier 2015 du pire du 21e siècle. En 1967, Cabu a 29 ans. Le journal le Nouveau Candide lui demande une série de dessins pour illustrer la publication des bonnes feuilles du livre "La grande rafle du Vel d'hiv de Claude Lévy et Paul Tillard. Le jeune Cabu se documente, travaille, et parvient à saisir l'effroi et l'horreur de l'événement. Ces dessins présentés par Véronique Cabut et l'historien Laurent Joly (nous vous parlions la semaine passée ici de son livre magistral sur la Rafle du Vel d'hiv) sont réunis dans un livre magnifique édité par Tallandier et le Mémorial de la Shoah. Le trait magnifique de Cabu narre toutes les étapes de ce jour noir de l'histoire de France. Les policiers français frappant violemment aux portes, les visages terrifiés des juifs de France pourchassés et arrêtés, mais aussi l'intérieur du Vel d'hiv ou le convoi des femmes de Pithiviers. Chaque dessin est accompagné d'un texte de Laurent Joly. L'ensemble est émouvant, puissant, effrayant. Ce livre est indispensable.
A mettre entre toutes les mains !
LE TEMPS EST BON
Dans un roman doux et ciselé, Rebecca Benhamou nous parle de la France, de l'Algérie, de la famille et de nous. Tendre, bien écrit et émouvant. A lire. 

C'est par ici

POUR NE PAS VOUS ENNUYER, ABONNEZ-VOUS !


Vous êtes nombreux à avoir découvert Ernest avec la chronique "Vous nous faites chier" de Jérémie Peltier suite à l'attentat de Conflans. Du coup, on vous en dit un peu plus sur le pourquoi du comment d'Ernest et sur votre soutien qui est crucial pour nous. Merci à vous tous et toutes.
C'est là.
C'est l'été !
Le moment idéal pour s'abonner au magazine dans lequel la littérature questionne le monde !
J'en profite !
Bonnes lectures et à la semaine prochaine !
www.ernestmag.fr
Facebook
Twitter
Link
YouTube
Cet e-mail a été envoyé à <<Email Address>>
Se désabonner - Modifier mes préférences
Ernest SAS · 33 bis rue de la Beaune · Montreuil 93100 · France