Copy
Si cette newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.

Prêts à perdre 5mn ?

Partagez sans avoir lu #ElonMusk


TOUT D'ABORD…

LE TRIBUNAL DES GAFA

En novembre dernier, lors du forum sur la gouvernance de l’Internet, l’équipe de M. Macron expliquait qu’elle ne souhaitait pas « laisser aux plates-formes numériques le soin de définir les limites de la liberté d’expression », parce que cela revenait à « leur confier un pouvoir quasi jurisprudentiel ». Tout en ajoutant que « sur les sujets techniques, la puissance publique n’est pas au niveau de Google, Facebook ou Amazon ».
Cependant, et ça semble quand même assez clair, nos copains des GAFA ont la mauvaise habitude de se prendre pour Dieu quand il s’agit de décider de ce qui se passe sur leurs plateformes… Jugez-en par vous-même :

  • Sous couvert d’IA, il semblerait bien que la modération chez Facebook se fasse (encore) en grande majorité de façon manuelle (cf. l’excellent documentaire Les Nettoyeurs du Web), et serait donc sous-traitée par des sociétés étrangères externes. Chaque jour, des centaines de milliers de « petites mains » philippines évaluent et arbitrent les contenus postés par les utilisateurs et regardent inlassablement des décapitations, scènes pédophiles, et autres types de contenus sordides avec en moyenne 10 secondes de réflexion pour juger de la conformité du post. Heureusement pour eux (et pour nous), cette méthode n’est pas vouée à être pérennisée par le réseau social, qui a prévu de créer une « cour d'appel indépendante » (ce dont Zuck et Manu ont discuté en novembre dernier). Pour ce qui est de sa composition, son degré d'indépendance (« tout en respectant les principes qui guident Facebook »), on attend de voir, justement.
  • Chez Amazon, ce n'est pas forcément la liberté d'expression qui est visée, mais la liberté de… vendre. Une longue enquête de The Verge révèle les pratiques salaces entre vendeurs concurrents sur la plateforme, avec cette technique aussi mesquine qu'infaillible : 1/ acheter des faux commentaires positifs au nom de ses rivaux, de préférence avec des fautes d'orthographes (ça se fait en un clic, par exemple ici) 2/ les dénoncer anonymement auprès de la plateforme et 3/ attendre tout simplement qu'ils se fassent exclure (c'est automatique), et récupérer leur clientèle. Une fois cette petite manip’ effectuée, le vendeur victime n'a pas d'autre recours que de faire « appel » (c'est le terme employé par Amazon) à la sanction, et de se soumettre à son système judiciaire interne. Et c'est là qu'on touche le fond : pour avoir une chance de réintégrer la plateforme, il est obligatoire pour la victime de se reconnaitre coupable, de présenter ses excuses, et de promettre de tout mettre en œuvre pour réparer les erreurs (qu'il n'a peut-être pas commises, donc…).

En Chine, pour le coup, c’est quand même plus simple. Mais bon, de là à faire pareil, c'est peut-être pas une bonne idée…

Facebook a annoncé cette semaine vouloir investir 300 millions de dollars dans la presse locale américaine – une excellente nouvelle pour un secteur qui a perdu la moitié de ses effectifs depuis 2008, en grande partie à cause de la concurrence sur le marché publicitaire de Google et… Facebook.


L'INNOVATION FLIPPANTE DU JOUR

LE BÉBÉ-CAMÉRA

Il est fort probable que dans 20 ans, votre bébé ait envie de revoir la tête que vous faisiez quand vous lui avez donné le biberon alors qu’il chouinait pendant des heures, vos cernes quand il ne dormait pas de la nuit, ou pire, votre exaspération quand il a attrapé une gastro à la crèche, le pauvre bout de chou…  Heureusement, la start-up Babyeyes est là pour vous permettre de documenter tout ça en vidéo, et du point de vue de votre enfant, s’il vous plait !

Bah ouais, tandis que d’autres entrepreneurs s’évertuent à trouver des solutions à des problèmes sans intérêt, cette pépite française prend les vrais sujets à bras le corps, avec une petite caméra-ourson que l’on « clipse » sur l’enfant (c’est aussi simple que ça, et c’est pas du tout intrusif, hein) et qui vous offre la possibilité de créer la « mémoire digitale » de votre enfant, vous permettant d’enregistrer et de vous repasser tout ce qu'il a vu. 
 
On savait les parents un peu chauds sur les baby-selfies, attendons-nous désormais à une déferlante de photos de parents mais cette fois-ci en « baby-POV ». Une idée révolutionnaire donc, et pas chère du tout (129€) que BFM n’a pas hésité à qualifier de « bouleversante ». Rien que ça.

Et sinon, la photo d'un ŒUF a détrôné Kylie Jenner au rang de la photo la plus likée sur Instagram, avec plus de 45 millions de mentions « j'aime ». Pas fous, les petits malins à l'origine de ce défi absurde ont déjà lancé la boutique de merch' à l'effigie du nouveau produit agricole à la mode, alors que d'autres ont jugé malin de se faire tatouer (pour de vrai) ledit œuf sur le corps… Bref, la vie de star.


LA NEWS PEOPLE DE LA SEMAINE

LES AMOURS DE JEFF…

Rien ne va plus chez nos copains milliardaires de la Silicon Valley ! Après la tragique séparation Grimes/Musk de ce début d'année (voir notre newsletter précédente), c’est au tour du couple Bezos de voler en éclats - et ce pour le plus grand bonheur des tabloïds, et surtout d’un certain Donald T. qui s’amuse comme un petit fou sur Twitter en tapant sur celui qu’il appelle « Jeff Bozo ».

Et oui, le divorce le plus médiatique du monde du business marquera la séparation de Jeff et MacKenzie Bezos, sa femme de plus de 25 ans (et potentielle nouvelle femme la plus riche du monde, une fois les papiers signés). Mais ce n'est pas tout ! Selon TMZ (une source sûre, donc), Jeff aurait entretenu une relation adultère depuis plus de huit mois avec Lauren Sanchez, présentatrice télé de Fox News et également mariée (on peut l'apercevoir entre Jeff et son mari sur la photo ci-dessus) - on vous passe les nombreux RDV secrets et autres sauteries clandestines dans le jet à 65 millions de dollars de Jeff…
 
Cette séparation et les milliards qu'il va y laisser ne seraient probablement qu’une formalité pour le patron d'Amazon s’il n’était pas tellement croc' de sa nouvelle dulcinée qu’il en était arrivé à lui envoyer une série de sextos, dont des photos « below the belt », qui ont irrémédiablement leaké, comme par magie. Too bad, Jeff !
(En vrai, on compatit un peu plus avec son ex-femme, ainsi que l’actuel mari de Lauren, peut-être pas assez riche - le pauvre ne possède que 300 millions, pas grand chose finalement).
En attendant, Amazon aurait volontairement détruit 3,2 millions de produits neufs invendus (jouets, livres, mais aussi tablettes ou téléviseurs) en France en 2018 – mais ça, on s'en fout un peu, non ?


LA BULLSHIT-QUOTE DU JOUR

« L’univers des startups est luxuriant. Les entreprises y poussent et y grandissent à vue d’oeil. Il foisonne d’éléments et de personnages dont tu ne sais pas vraiment s’ils sont amicaux ou hostiles. Ses contours sont mal définis, et tu peux facilement t’y perdre. Heureusement, ce livre te servira de guide pour survivre, t’orienter et dompter la faune et la flore de la jungle des startup. »

Un joli extrait du Livre de la jungle - les secrets des meilleures startups pour prendre en main ta carrière, indispensable recueil pour entrepreneurs ambitieux rédigé par les amis de TheFamily, et fondateurs de « l'école de la culture startup », Younes Rharbaoui et Annabelle Bignon. Une démonstration brillante de leur maîtrise de la métaphore filée, et un grand bravo à eux !


L'INNOVATION INUTILE DE LA SEMAINE

LES PUBLICITÉS-CONSTELLATIONS

Si si, vous avez bien vu : des publicités (ou plus exactement des « constellations brandées ») projetées dans le ciel… 

Ce n'est pas un fake - il s'agit du projet de la start-up russe StartRocket, qui souhaite donc pourrir à jamais notre champ de vision à base de logos KFC et Coca-Cola dans les étoiles ! Merci les gars.


ET AU MOINS UN TRUC INTÉRESSANT
C'EST POUR ÇA QU'ON LE MET EN GROS

« L’amour de l’argent comme objet de possession, qu’il faut distinguer de l’amour de l’argent comme moyen de se procurer les plaisirs et les réalités de la vie, sera reconnu pour ce qu’il est : un état morbide plutôt répugnant, l’une de ces inclinations à demi criminelles et à demi pathologiques dont on confie le soin en frissonnant aux spécialistes des maladies mentales. »

Et une petite citation de Sir John Maynard Keynes pour la route, ça fait toujours plaisir ! Dans Perspectives économiques pour nos petits-enfants (paru en 1930), l'économiste aux sourcils broussailleux s'essaye à la prospective en imaginant le monde en 2030 : semaine de 15 heures, fin du « problème économique » et avènement de l'âge de l'oisiveté... C'est bien tenté Johnny, mais pour le moment on n'y est pas encore, hein.

Merci d'avoir perdu 5mn.
À mercredi prochain !

Transférez à 829 personnes et gagnez une charlotte aux framboises, un dessert frais et léger livré directement à votre bureau. On rigole pas.
Pour nous écrire: hello@techtrash.fr 
Vous pouvez updater vos préférences ici, et vous désinscrire de cette mailing-list ici.
Pour être sûr(e) de recevoir nos prochaines éditions, n'oubliez pas de copier/coller l'adresse "hello@techtrash.fr" dans votre carnet d'adresses :-)

Tech Trash - la newsletter Tech bête et méchante.
Copyright © TECH TRASH, All rights reserved.

Sans la liberté de trasher, il n'est point d'éloge flatteur.